Mon chien chasse en forêt : 10 conseils

La prédation sur le gibier est une problématique rencontrée par de nombreux propriétaires de chiens. Comment agir pour éviter que l’instinct de prédation ne se développe chez le chien ? Sophie, éducatrice chez Eduzen, partage son expérience avec sa chienne.

Maintenant, c'est STOP !

Lorsque j’ai adopté Belle, elle avait déjà 4 ans et demi. Belle avait déjà eu plusieurs familles, dans lesquelles elle a été chien de troupeau et en chien de “famille”. On en sait pas beaucoup plus sur elle, mais pendant ces années, Belle a probablement eu l’occasion de se renforcer dans ses comportements de prédation. Quelques jours après son adoption, Belle a commencé à pister en forêt. Avec le temps, elle partait toujours plus loin et toujours plus longtemps, jusqu’au jour où elle est revenue blessée à l’œil, ce qui m’a fait comme un électrochoc. Je me suis enfin décidée à agir avant que la situation ne devienne encore plus dangereuse pour Belle, pour le gibier (bien que Belle n’ait jamais rien attrapé), et pour toutes les personnes qui pourraient pâtir de cette situation (un accident de voiture est si vite arrivé!).

Mais il m’a quand même fallu plusieurs mois pour prendre cette décision. Pourquoi ? Parce que je savais que Belle adorait pister, et je me sentais coupable de la priver de ce plaisir naturel de prédateur. Et puis, vous le verrez par la suite, travailler sur la prédation a demandé d’aménager nos balades et notre quotidien pour éviter que son chien ne se renforce, il faut donc être prêt à bousculer un peu son quotidien pour espérer avoir des résultats !

💡 A savoir : La prédation est comportement génétiquement déterminé chez nos chiens (un “patron-moteur”). Innés, ces comportements n’ont pas besoin d’être appris pour pour s’exprimer, mais ont besoin d’apprentissages pour se perfectionner (J. Dehasse, Tout sur la psychologie du chien). Nos chiens sont des prédateurs, ils ont chassé pendant des siècles pour survivre, ces comportements sont donc fortement ancrés en eux. Parmi le patron-moteur de la prédation, on différencie différentes séquences allant de l’orientation (s’orienter face à la proie) à la dissection (disséquer la proie). Une fois révélés, ces comportements vont donc continuer à s’exprimer et se perfectionner. Nous t’expliquons dans cet article  comment tu peux éviter que l’instinct de chasse se développe à l’adolescence.

➡️ La prédation, c’est un peu comme un bouton “ON/OFF”, une fois que c’est là, difficile voire impossible de s’en défaire. Mais promis, on peut trouver des solutions !

 

1. Répondre aux besoin de mon chien

La première question à se poser est “qu’est-ce que cela apporte à mon chien ?“.

En plus du plaisir intrinsèque qu’apporte la prédation, suivre une piste fournit à mon chien une dépense physique (renifler et courir) et cognitive (remonter la piste, réfléchir).

J’ai alors réfléchi à une stratégie alternative pour combler ses besoins.

➡️ J’ai adapté mes balades pour lui permettre de courir en liberté sans risque et pouvoir se dépenser comme elle aime, dans des milieux très ouverts (des champs) avec une grande visibilité et peu ou pas de gibier. J’ai également ajouté d’autres activités physiques comme du cani-cross ou du cani-VTT. Nous t’aidons ici à choisir LE sport canin pour ton chien et toi !

➡️ J’ai proposé d’autres activités cognitives à Belle comme du nosework, des tricks, du dog-parkour en balade … Le nosework nous a permis de partir sur quelque chose qu’elle aime déjà (renifler) et perfectionner cette compétence dans un cadre précis. Si toi aussi tu veux démarrer le Nosework, une super alternative pour les chiens chasseurs, tu peux nous rejoindre ici !

👨‍🏫 L’idée c’est de fatiguer mon chien intelligemment. Tu trouvera ici plein d’idées d’exercices divers et variés pour apporter une bonne fatigue à ton chien, sans le renforcer dans la poursuite sans réfléchir (en lui lançant “bêtement” la balle par exemple). 

2. Mettre la longe partout où mon chien peut pister

Tu l’auras compris, à chaque fois que le chien part et piste, il se renforce dans ce comportement même s’il n’attrape rien.

Pour casser cet apprentissage, mon chien doit ne plus pouvoir partir (pour ne plus pouvoir se renforcer).

➡️ Pour cela, j’ai utilisé la longe dans tous les endroits “à risques” : endroits inconnus, bords de forêt, à proximité de bosquets, des routes, pas de visibilité …

Au début, comme toi j’imagine, j’ai été très embêtée par cette longe, car j’avais l’impression de priver ma chienne de liberté. C’est pour cela que j’ai adapté mes balades (cf point précédent). Mais finalement après quelques frayeurs, je me suis dit qu’il valait mieux mettre la longe quelques mois et pouvoir re-détacher ma chienne un jour, que de laisser la situation s’empirer et ne plus pouvoir la détacher du tout (car elle partait à 300 mètres).

3. Travailler l'attention sur moi

Arrivée à ce moment où j’ai décidé de réagir, ma chienne ne savait même plus que j’existais en forêt ; je pouvais l’appeler, faire des bruits, partir en courant pour essayer d’attirer son attention… J’étais devenue invisible.

➡️ Dans le but de ré-apprendre à ma chienne que j’existais toujours en forêt, j’ai commencé par travailler l’attention sur moi dans d’autres environnements avec peu de distraction, puis de plus en plus de distraction (en balade dans les champs, …) jusqu’à pouvoir travailler en forêt.

A chaque fois que ma chienne se retournait vers moi de manière spontanée, je marquais “oui !!” et la récompensais. Si son attention était portée sur autre chose, je faisais des petits bruits pour attirer son attention (sans dire son prénom) et je récompensais le fait qu’elle se détourne de sa distraction pour se retourner vers moi.

4. Augmenter ma valeur à l'extérieur

💡 Nos chiens ont accès à nous plusieurs heures par jour si ce n’est pas toute la journée, alors qu’ils ont accès à l’extérieur uniquement quelques heures par jour pour les plus chanceux. Il n’est donc pas rare que l’environnement et l’extérieur ait plus de valeur que moi lorsque je suis dehors.

➡️ Pour augmenter ma valeur à l’extérieur, j’ai limité les activités en intérieur (tricks, dog-dance, jeu, …) pour ne lui les fournir plus qu’en extérieur. J’ai également moins répondu à ses demandes d’attention à l’intérieur et davantage à l’extérieur. Ma chienne avait alors plus d’intérêt à revenir vers moi.

5. Renforcer le prénom et un rappel béton

On a tendance à appeler nos chiens par leur prénom toute la journée, ce qui peut faire perdre de la valeur à ce prénom.

➡️ J’ai refait une association très positive avec son prénom. J’ai commencé dans d’autres environnements et, dès que je disais son prénom et qu’elle se retournait, elle obtenait une récompense de haute valeur.

➡️ De la même manière, j’ai retravaillé le rappel dans d’autres environnements de plus en plus distrayants jusqu’à pouvoir retravailler en forêt avec la longe et obtenir 100% de réussite. J’ai rappelé rarement (2-3x par balade max) et j’ai récompensé chaque rappel réussi avec des récompenses de très haute valeur, puis je la laissais retourner à ses odeurs.

➡️ J’ai mis en place un rappel d’urgence. Le rappel d’urgence a pour objectif d’être construit de manière très solide sans jamais être utilisé (hors cas d’urgence extrême). Il doit donc avoir une valeur exceptionnelle.

➡️ Avant de rappeler ma chienne avec son mot de rappel, je m’assurais qu’elle était capable de me donner de l’attention en disant simplement son prénom. Si pas de réponse pour le prénom, alors impossible qu’elle revienne au rappel (ne pas utiliser mon rappel permet de ne pas le dévaloriser en cas d’échec).

👨‍🏫  Si comme moi tu souhaites améliorer ton rappel, découvre notre cours en ligne “Un Rappel du Tonnerre” qui va t’aider grâce à de nombreux exercices de focus sur toi, en toutes circonstances ! 

6. Réintroduire la forêt

Une fois que j’étais satisfaite de l’attention que ma chienne pouvait me donner et de son rappel, j’ai commencé à réintroduire la forêt pour de très courtes durées.

➡️ Après une balade dans les champs, je passais devant la forêt en gardant l’attention de ma chienne à chaque instant.

➡️ Dans la forêt, je faisais des tests pour savoir si ma chienne était toujours capable de me donner de l’attention :

  • A 3 reprises, je disais son prénom. Si elle se retournait directement dans 100% des cas, je posais la longe par terre.
  • Une fois la longe par terre, je refaisais mon test en disant 3 fois son prénom. Si j’obtenais 100% de réussite, alors je détachais ma chienne et restait très attentive en redemandant très régulièrement son attention.
  • Si ma chienne ne répondait pas à son prénom, alors je savais que je ne pouvais pas la détacher à ce moment là ou que je devais la rattacher ou reprendre la longe en main.

➡️ Dès que je retirais la laisse, je m’assurais de garder l’attention de ma chienne le plus possible. J’ai ensuite commencé à faire des pauses de plus en plus longues entre les demandes d’attention, jusqu’à pouvoir la détacher 3 minutes – puis 2 minutes d’attention – puis 1 minute de liberté – puis 2 minutes d’attention, …

7. Travailler le "tu laisses"

➡️ Dans d’autres environnements, j’ai retravaillé le “tu laisses” associé à une super récompense. J’ai ensuite pu utiliser le “tu laisses” en forêt dès que je la soupçonnais de remonter une odeur.

👨‍🏫 Nous avons d’ailleurs un article de blog qui t’explique toute l’importance d’apprendre à ton chien à se contrôler face à la nourriture. 

8. Intervenir dès que mon chien semble chercher une piste

Afin d’empêcher mon chien de se renforcer à nouveau, j’intervenais dès que je soupçonnais Belle de chercher à remonter une piste.

➡️ J’ai appris à repérer les premiers signes que ma chienne cherchait à remonter une piste ; patte en l’air, nez en l’air ou nez au sol, regard figé, …

➡️ J’intervenais dès ces premiers signes pour récupérer l’attention de ma chienne.

9. Différentes valeurs de récompenses pour favoriser l'autonomie

Une fois que j’avais travaillé le “tu laisses” et que ma chienne était capable de laisser sur demande, j’ai augmenté le niveau d’un cran en attendant d’elle qu’elle renonce de manière autonome.

➡️ J’ai utilisé différentes valeurs de récompenses pour valoriser les moments où elle renonçait d’elle-même à l’odeur pour favoriser l’autonomie. Si je devais intervenir en disant son prénom, attirant son attention, disant tu laisses …, alors elle obtenait une récompense de valeur inférieure.

👨‍🏫 Tu peux apprendre à choisir les bonnes valeurs de récompense dans notre cours en ligne sur la logique canine

10. Rien n'est acquis

Vous l’aurez compris, venir à bout (ou du moins limiter) la prédation n’est pas chose facile. Cela demande d’être attentif et d’anticiper à chaque balade pour éviter que mon chien ne se renforce.

Inutile de vouloir aller trop vite ou d’être trop gourmand, car cela risque de mettre votre chien en échec même si vous pensez être prêt à chaque instant.

Cela fait près d’un an que je travaille sur la prédation, et même si les progrès sont énormes et que j’essaye de toujours anticiper au mieux, j’ai tout de même eu quelques échecs :

  • cet été sur les plages normandes (au flair), j’ai à peine ouvert le coffre de ma voiture (même pas eu le temps de la retenir!) que Belle s’est enfuie dans les bosquets à la recherche des fameux lapins… 30 minutes pour la récupérer (et des jambes griffées au sang).
  • pas plus tard que cet hiver (à la vue), juste derrière chez nous… elle ne s’était jamais sauvée par là-bas, jusqu’à ce jour où elle a vu 2 biches en contre-bas, je n’ai même pas eu le temps de réagir qu’elle avait déjà traversé le ruisseau qui nous séparait des cervidés et surtout de la route passante… En panique, j’ai traversé le ruisseau avec de l’eau jusqu’à la taille en plein mois de décembre… Belle a fait demi-tour, elle m’est passée devant, s’est arrêtée une seconde pour me regarder en contre-bas, toujours dans le ruisseau… puis est repartie dans l’autre direction. J’étais très énervée et déçue.

✅ Même si on fait au mieux, il ne faut pas oublier que la prédation reste un instinct qui peut être très fort chez certains chiens.

✅ Il faut garder en tête que mon chien ne se sauve pas pour m’énerver, mais pour répondre à cet instinct qui sera toujours présent, même si ponctuellement j’essaye de le mettre sur “OFF”.

Bilan, on en est où aujourd'hui ?

✅ Aujourd’hui je peux à nouveau me promener en forêt avec Belle.

👀 Si je sais que je ne suis pas attentive à 100% (si je discute avec quelqu’un ou que je regarde parfois mon téléphone), alors je préfère lui mettre la longe par sécurité et pour éviter qu’elle ne retourne vers ses vieux démons, ou encore mieux, éviter la forêt.

✅ En revanche, si je suis disponible pour elle à 100%, alors j’enlève la longe et je la surveille de très près et j’interviens dès qu’elle semble remonter une piste.

✅ Je continue de renforcer mon rappel et de travailler son attention.

✅ Il m’arrive souvent de mettre la longe, détacher quelques minutes voire même faire des photos sans collier ni harnais, puis remettre la longe pour le reste de la balade.

✅ Je continue de lui donner des dépenses physiques et cognitives dans d’autres environnements que la forêt et ça fait une énorme différence dans sa motivation à remonter les pistes en forêt. Aujourd’hui je peux la détacher 15-20 minutes en forêt. Je ne m’acharne pas à obtenir plus car je ne veux pas la mettre en échec et qu’elle se renforce à nouveau. En général, il est aussi difficile et fatiguant pour moi de rester 100% attentive à ses moindres faits et gestes sur une plus longue durée.

✅ Je suis satisfaite des résultats que j’ai obtenu, mais je reste consciente que je suis dans un comportement ancré, et qu’en rééducation, il y a des hauts et des bas et qu’il ne faut rien lâcher.

✅ Je mets le GPS à Belle dès que je sors de mon village qu’elle connaît, juste au cas où (normalement cela ne doit pas arriver, on est d’accord, sinon c’est que j’ai mal géré !)

Et toi, rencontres-tu cette problématique avec ton chien ? As-tu déjà essayé d’y remédier ?

  • Mathias

    Génial, merci pour ces conseils !

    C’est super instructif d’avoir le retour de quelqu’un qui a du retravailler le problème.

    Pas de problème de prédation de mon côté en réalité, mais des astuces que je peux clairement adapter aux situations que je rencontre avec mon propre chien.

    Merci !

    • Laetitia Gonnon

      Merci pour ton commentaire Mathias. C’est vrai que ces conseils sont applicables même pour des chiens qui ne chassent pas, effectivement 🤩 Bon entrainement avec ton loup !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Notre mission ? Rendre l'éducation canine fun et accessible à tous. Une éducation positive, moderne, bienveillante et respectueuse pour toi et ton chien.


Abonne-toi à notre newsletter
En t'abonnant, tu auras accès à la vidéo offerte "Les 5 clés R.E.L.A.X. pour créer une relation complice avec ton chien".

@ copyright 2022 | Eduzen-Academy – Tous droits réservés – Mentions LégalesConditions générales de ventePolitique de confidentialité
Site réalisé avec ❤ par unyque.ch et Graphicatelier