Le guide du déménagement avec mon chien

Dans cet article nous faisons le point sur le déménagement, ce qu’il représente pour nous et nos chiens, et comment bien nous préparer pour mieux vivre cet évènement et réduire le stress qui y est associé. C’est parti !

Un déménagement, pourquoi ça peut être difficile pour mon chien ?

Un déménagement est un évènement stressant, parfois bouleversant pour l’humain, qui est souvent associé à des changements dans la vie personnelle et/ou professionnelle. Nos chiens, comme compagnons de vie, doivent nous suivre dans ces aventures et, eux aussi, changer leur quotidien et perdre leurs repères.

Dans le cas d’une séparation amoureuse par exemple, en plus du stress lié au déménagement et la perte de ses repères, le chien est confronté à l’absence d’une personne qu’il avait l’habitude de côtoyer, peut-être aussi à l’absence de certains autres animaux (le chat, par exemple, qui est resté avec l’autre personne).

En plus de cela, beaucoup de nos chiens sont très sensibles à ce que nous ressentons et à ce que nous exprimons, certains sont de vraies éponges ! En sentant que je suis stressé-e et/ou triste, mon chien peut se calquer sur mes émotions et lui aussi développer du stress et de la tristesse.

Un autre problème du déménagement est qu’il met nos chiens en immersion. En effet, il est souvent très difficile de faire un déménagement de façon progressive et de laisser à nos chiens le temps de découvrir progressivement leur nouvel environnement à raison de quelques minutes par jour, puis de rentrer chez eux où ils se sentent à l’aise et en sécurité, et où leur niveau de stress peut redescendre avant une prochaine exposition. Là, mon chien est coincé dans la situation, du jour au lendemain il doit passer 24h/24 dans ce nouvel environnement qui parfois ne ressemble en rien à ce qu’il a connu jusque là. Mon chien peut alors se retrouver sur-stimulé et avoir de la peine à gérer ses émotions pendant cette période.

Tous les chiens sont différents et chaque chien présente son propre potentiel d’adaptation : certains chiens ne seront pas particulièrement stressés ou vont rapidement s’habituer, d’autres vont mettre plusieurs semaines voire plusieurs mois. Attention, certains chiens expriment peu leur stress et intériorisent beaucoup. Par exemple, ma chienne Belle ne montre que rarement ses émotions, elle est plutôt du genre à aller se coucher discrètement dans un coin et se renfermer sur elle-même, mais cela ne veut pas dire qu’elle est à l’aise avec la situation.

1. Avant le déménagement

Parfois on a la chance de disposer de plusieurs semaines voire plusieurs mois avant un déménagement. L’idée est de mettre à profit ce temps pour préparer mon chien à cet évènement et à son nouvel environnement.

  • Plusieurs semaines ou mois avant le déménagement, je peux habituer mon chien à passer du temps voire même la nuit chez une personne connue qui pourra le garder le jour du déménagement.
  • En parallèle, dans le cas où l’environnement va beaucoup changer (par exemple passer de la campagne à la ville), je vais apprendre à mon chien les nouveaux comportements qui lui seront utiles pour le nouvel environnement. Par exemple, si mon chien n’a pas l’habitude d’être promené en laisse, je vais lui apprendre la marche en laisse AVANT d’en avoir besoin quand nous emménagerons en ville.
  • Je vais également profiter de cette période pour apprendre à mon chien à être à l’aise dans la caisse de transport qui sera d’une grande aide pour le déménagement. La caisse pourra me servir pour la sécurité dans la voiture (ou l’avion, ou le train), mais aussi dans le cas où je dois faire étape quelque part (par exemple à l’hôtel ou chez des amis). Ainsi mon chien aura toujours cet endroit qu’il connaît et où il se sent bien et en sécurité, ce qui constituera un repère pour lui, il saura directement où est sa place.
  • Si les règles de vie doivent changer dans le nouvel environnement, par exemple si mon chien n’aura plus le droit de monter sur le canapé, je vais alors commencer à mettre en place ces nouvelles règles avant le déménagement pour qu’une fois sur place, cela fasse déjà partie de la routine de mon chien.
  • Si j’habite à proximité de mon nouveau logement, je peux en profiter pour aller me promener dans le nouveau quartier avec mon chien. L’avantage de le faire maintenant (et pas les premiers jours après le déménagement) est que cela fera moins d’informations à traiter en même temps pour mon chien (qui devra déjà découvrir le nouvel intérieur etc.).

➡️ De manière générale, pendant cette période, nous allons préparer notre chien pour son nouveau quotidien et éviter les gros changements de routine qui pourraient avoir un impact sur lui.

Quelques conseils pratiques 💡 :

  • Refaire la médaille de mon chien avec ma nouvelle adresse et mon nouveau numéro de téléphone, au cas où mon chien devrait s’enfuir ou se perdre les premières semaines.
  • Mettre à jour la base de donnée du pays concerné avec la nouvelle adresse (par exemple AMICUS pour la Suisse, i-CAD pour la France).
  • Me renseigner sur les vétérinaires sur place et choisir mon vétérinaire en cas d’urgence. Noter le numéro du vétérinaire de garde.
  • Si possible, prévoir de faire le trajet en voiture plutôt que dans des transports auxquels mon chien n’est pas habitué et qui ajouteraient un stress supplémentaire (par exemple l’avion ou le train).
  • Si mon chien a besoin de médicaments pour le transport, essayer le médicament plusieurs semaines à l’avance pour s’assurer qu’il fonctionne et éviter que le chien ne fasse une mauvaise association entre le fait d’être malade et le nouvel environnement.

2. Préparation du déménagement

Même s’il est difficilement possible de cacher entièrement à mon chien que quelque chose se prépare (car le logement se vide), je vais quand même essayer de rendre cela le moins stressant possible :

  • Si possible, je fais garder mon chien quelques heures par jour le temps de préparer mes cartons pour lui éviter le bruit et l’agitation.
  • Je peux aider mon chien à faire une association positive avec la présence des cartons en faisant des jeux et des activités autour de ces objets. J’évite de bouger les cartons ou de les ouvrir / les fermer avec le scotch en sa présence (beaucoup de bruit).
  • Si je déménage progressivement, je peux laisser un tissu dans mon nouveau logement quelque jours puis le ramener à mon chien pour qu’il s’imprègne de cette nouvelle odeur avant le déménagement.
  • Je peux également garder une pièce sans cartons et sans valises où le chien aime aller et où il pourra continuer d’aller pendant la période du déménagement.
  • Je reste disponible pour mon chien et j’évite de changer notre routine (moment et durée des balades, activités etc.).
  • Même si je suis très occupé-e, je fais attention à ne pas négliger les besoins de dépenses physiques et mentales de mon chien.
  • Pendant toute la période du déménagement, je donne à mon chien des activités masticatoires pour qu’il puisse se dépenser cognitivement et évacuer son stress.
  • Si je déménage progressivement, je peux commencer par prendre mon chien avec moi le temps d’un passage dans le nouveau logement, d’abord de courtes minutes puis quelques heures, et je rentre dormir dans mon “ancien” logement.
  • Si je déménage sur une longue distance en voiture, je peux déjà planifier les aires sur lesquelles je vais m’arrêter en privilégiant les endroits calmes et loin de la route.

3. Le jour du déménagement

L’idée est de limiter au maximum la présence de mon chien pendant les moments les plus stressants :

  • Le mieux est d’éviter que le chien soit présent le jour du déménagement. Si c’est possible, je fais garder mon chien par une personne connue la journée et la nuit suivante le temps de défaire le plus gros des affaires et de monter les meubles principaux. Cela va permettre de réduire le stress de l’humain et d’assurer la sécurité du chien qui ne risque pas de se sauver parce qu’une porte est restée ouverte.
  • Si je ne peux pas faire garder mon chien, alors j’essaie de trouver une autre solution pour le tenir loin de l’agitation et qu’il soit en sécurité. Par exemple, je peux utiliser la caisse de transport à laquelle je l’ai préalablement habitué pour le laisser dans la voiture, ou bien poser la caisse de transport au sol dans une pièce calme et à l’abri du passage et lui donner un aménagement alimentaire pour qu’il s’occupe et puisse se concentrer sur autre chose.
  • Les premiers jours, je peux faire appel à une personne à laquelle mon chien est habitué pour le promener, le temps que je défasse les derniers cartons.

4. Découverte du nouvel environnement

Le jour où mon chien arrive dans son nouvel environnement, je suis disponible pour lui et pour l’aider à faire cette transition. Au début, l’objectif est de le laisser se familiariser avec l’environnement intérieur.

  • Si mon chien est dans sa caisse, je peux en profiter pour préparer son environnement et l’aider à faire des associations positives avec ce nouvel endroit. Par exemple, je peux installer ses affaires (panier, jouets, gamelles, etc.) dans son nouvel espace et cacher quelques récompenses.
  • Certains chiens explorateurs vont préférer avoir accès à tout le logement d’un coup, d’autres chiens plus anxieux seront plus à l’aise si on leur dévoile le nouvel espace progressivement, surtout si le nouveau logement est plus grand et comporte plus de pièces. Je peux donc utiliser une barrière bébé pour limiter l’environnement et donner un peu plus d’espace à mon chien chaque jour. Par exemple, le premier jour, je peux mettre une barrière avant l’escalier pour le garder au rez-de-chaussée (sauf s’il a l’habitude d’être avec moi la nuit – je ne change pas ses habitudes), et le laisser explorer l’étage le lendemain.
  • Avant de le laisser explorer, je vérifie qu’il n’y a rien de dangereux pour lui dans l’environnement (pas de clous par terre, pas de bris de verre ni de poison pour les rats à proximité de l’entrée, etc.)
  • Les premiers jours, je vais essayer de limiter les stimulations pour laisser à mon chien le temps de découvrir son nouvel intérieur et s’y sentir en sécurité :
    • Si mon chien a tendance à aboyer sur les voisins ou sur les écureuils et qu’il est déjà en alerte, je peux fermer les rideaux ou les volets pour éviter qu’il ne regarde trop dehors et soit inquiet de ce qui se passe autour. A long terme, je peux installer des brises-vue ou mettre sur les vitres un film qui floute la vue.
    • Je peux couvrir le bruit du voisinage en laissant une musique douce que je baisserai un peu plus chaque jour jusqu’à pouvoir l’éteindre complètement. Si mon chien a tendance à réagir aux bruits de couloir, je peux également investir dans une machine à bruits blancs.
  • Les premiers jours je fais plusieurs balades courtes dans mon nouveau quartier. Lorsque mon chien se sentira à l’aise autour de chez nous, j’agrandirai alors le périmètre. L’idée n’est pas de lui en montrer le plus possible dès le premier jour, mais de le laisser prendre de nouveaux repères et lui montrer progressivement à quoi son nouveau quotidien va ressembler.
  • Les premiers jours, j’évite de laisser mon chien seul dans son nouvel environnement.

➡️ En aménageant l’environnement les premiers jours, je limite les stimulations et ainsi j’évite de rajouter du stress à mon chien.

5. Quelques conseils supplémentaires

  • Je retravaille le calme à la maison dans le nouvel environnement. Il est normal que mon chien soit plus éveillé et plus sensible que d’habitude, par exemple il peut réagir plus facilement et aboyer contre quelque chose auquel il ne réagissait pas avant. Je reste calme et patient-e avec lui le temps qu’il s’ajuste à son nouvel environnement.
  • Si au bout de quelques semaines je vois que la transition est toujours difficile pour mon chien, je fais appel à un éducateur pour me faire aider rapidement et éviter que la situation ne s’empire.

Conclusion

✔️ Comme pour l’humain, le déménagement est un évènement stressant pour mon chien. L’idéal est que mon chien soit gardé par une personne en qui il a confiance le jour du déménagement. Je garde en tête que cet évènement qui est difficile à vivre et à gérer pour moi l’est également pour lui, et qu’il faut que je lui laisse le temps de s’habituer à son nouveau quotidien.

✔️ Pour l’aider à mieux vivre cet évènement, je peux l’aider à se préparer à son nouveau quotidien en ANTICIPANT les nouvelles situations et en prenant le temps de faire les nouveaux apprentissages AVANT de nous retrouver dans le nouvel environnement qui aura déjà son lot de nouveautés.

✔️ Plus j’aménage son nouvel environnement et limite les stimulations pour lui laisser le temps, moins il y aura de stress pour mon chien.

✔️ Je pense également à la sécurité de mon chien avant, pendant et après le déménagement.

✔️ Je n’hésite pas à me faire aider par un éducateur-trice canin-e de confiance si je vois que la situation est trop difficile à gérer pour mon chien

  • Russbach

    Bonjour
    Merci pour cet article bien complet.
    Qui d’ailleurs m’a fait penser à des situations un peu similaires (sejour dans un hôtel, nouvelle pension etc)
    Cela m’intéresserait de lire une fois un article sur une hospitalisation soudaine d’un chien avec opération et son retour à la maison. Cest ce que nous venons de vivre et pas évident.
    Qu’en pensez vous? Isabelle

    • sophieporta

      Bonjour Isabelle,
      Merci pour votre commentaire.
      Effectivement, les conseils donnés pour le déménagement peuvent tout à fait s’appliquer à d’autres situations comme l’arrivée dans une nouvelle pension etc.
      Concernant la possibilité d’un article sur l’hospitalisation d’un chien, cela est délicat car chaque situation est très différente et il serait difficile de donner des conseils d’ordre généraux…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.



Notre mission ? Rendre l'éducation canine fun et accessible à tous. Une éducation positive, moderne, bienveillante et respectueuse pour toi et ton chien.


Abonne-toi à notre newsletter
En t'abonnant, tu auras accès à la vidéo offerte "Les 5 clés R.E.L.A.X. pour créer une relation complice avec ton chien".

@ copyright 2022 | Eduzen-Academy – Tous droits réservés – Mentions LégalesConditions générales de ventePolitique de confidentialité
Site réalisé avec ❤ par unyque.ch et Graphicatelier