Mieux comprendre les éducations canines pour réussir mon éducation positive

Les courants d'éducation canine

En très simplifié, il existe 2 courants principaux en éducation canine :

  • l’éducation dite “traditionnelle” ou “coercitive”, qui existe depuis très longtemps et se base sur la punition pour faire diminuer les comportements non souhaités.
    ➡️ La motivation du chien à fournir le bon comportement est d’éviter la punition.
  • l’éducation dite “positive” ou “bienveillante”, qui est apparue assez récemment et se base sur le renforcement pour faire augmenter les comportements souhaités.
    ➡️ La motivation du chien à fournir le bon comportement est d’obtenir la récompense.

Parfois la limite est floue entre les deux courants. Certaines personnes disent et pensent travailler en éducation positive, mais parfois, involontairement dans les faits, il y a une partie coercitive. Une éducation où l’on utilise les récompenses n’est pas forcément une éducation positive.

L’éducation positive dans le sens où nous l’entendons, non seulement utilise le renforcement positif, mais surtout s’intéresse aux émotions du chien. C’est pourquoi nous parlons d’éducation « bienveillante ». Il s’agit ici de respecter son émotionnel pour lui permettre d’avancer à son rythme et éviter donc les problèmes de comportement.

La notion de punition en éducation canine

De manière générale, la punition a pour objectif de faire diminuer le comportement non souhaité.

En éthologie, il existe deux types de punition :

  • La punition positive (P+) : quelque chose que j’ajoute à la suite d’un comportement pour faire diminuer ce comportement
  • La punition négative (P) : quelque chose que j’enlève à la suite d’un comportement pour faire diminuer ce comportement

Attention, la punition “positive” n’est pas associée à l’éducation positive, c’est même l’inverse : la punition négative (P-) est associée à l’éducation positive, et la punition positive (P+) est associée à l’éducation coercitive.

Voici un exemple pour les deux types de punition dans le cadre de l’apprentissage de la marche en laisse sans tirer (illustré par la talentueuse Lili Chin) :

  • Éducation positive : si mon chien tire en laisse, alors je m’arrête. Ainsi j’enlève (P) quelque chose que mon chien voulait obtenir (avancer) pour faire diminuer le mauvais comportement.
  • Éducation coercitive : si mon chien tire en laisse, je lui mets une saccade. Ainsi j’ajoute (P+) quelque chose pour faire diminuer le mauvais comportement.

Si on fait le point, dans le quadrant des éducations on a donc :

  • Éducation positive : association de renforcement positif (R+) et de punition négative (P-)
  • Éducation coercitive : association de renforcement négatif (R-) et de punition positive (P+)

Le point sur l'éducation coercitive

Basée sur la peur de la punition positive, la question n’est pas de savoir si l’éducation coercitive fonctionne ou non, mais quelles en sont les conséquences pour mon chien.

Les chiens fonctionnent par association. Ils font des associations entre des éléments, et des conséquences. Si les conséquences sont négatives, ils font des associations négatives. Suite à cela ils vont développer une liste de choses dont ils devraient « se méfier ». Dans cette liste il peut y avoir… nous-même. Le lien entre le chien et l’humain peut se retrouver fortement abîmé par ces interactions négatives.

Le chien peut également se “tromper” et faire de “mauvaises” associations que l’on peut difficilement contrôler. Par exemple, le chien peut associer la conséquence négative à toi, aux enfants présents, aux autres chiens, etc. et le problème peut alors ressortir ailleurs. Par exemple, un problème d’éducation pourrait se transformer en problème de comportement si mon chien associe la punition avec le mauvais élément (par exemple à l’enfant présent, il pourrait alors développer une aversion pour les enfants).

L’éducation coercitive peut être dangereuse, car le chien peut s’habituer à la punition positive et celle-ci peut ne plus faire effet, il faudra alors crier plus fort pour se faire entendre. Et après ?

Réussir son éducation positive

Vous l’aurez compris, l’éducation positive, ce n’est pas juste donner des récompenses. C’est toute une philosophie à intégrer à son mode de vie et son quotidien.

Pour réussir une éducation positive, il est important de déjà bien comprendre le quadrant des éducations canines pour rester cohérent dans ses méthodes et connaître les risques de ce que l’on applique.

Et ensuite ?

> L’une des clés de l’éducation positive, c’est d’anticiper

Si on n’anticipe pas, et que le comportement indésirable continue d’apparaître, alors mon chien se renforce dans ce comportement. Il sera ensuite très difficile de le faire disparaître. L’anticipation, c’est la meilleure compétence qu’un propriétaire de chien peut développer !

Anticiper, concrètement, ça veut dire : est-ce que j’ai bien rangé mes chaussures ? Est-ce que mon chien est prêt à partir pour 5h de train (est-ce que j’ai bien commencé par 30 secondes, puis 1min, etc, jusqu’à 5h ?) ? Est-ce que mon chien est capable de rester seul quand je vais recommencer le travail ? Est-ce qu’il va être à l’aise quand il va rencontrer tel chien un peu brusque, ou devrais-je éviter la rencontre ?

> Une deuxième clé est de savoir ce que l’on veut

En effet, on a souvent tendance à dire « je veux que mon chien arrête d’aboyer, arrête de tirer, arrête de ronger mes chaussures, etc. ». OK, mais un chien, c’est un être vivant, on ne peut pas supprimer un comportement sans le remplacer par un autre. Un chien ne peut pas « ne rien faire ». Et en plus, ce n’est pas ce que l’on veut vraiment, sinon on aurait acheté une peluche. On aime que nos chiens soient pleins de vie.

Alors, qu’est-ce que je veux ?

Par exemple, au lieu de sauter sur les gens… je veux qu’il se mette assis pour leur dire bonjour.

Au lieu de ronger mes chaussures… je veux qu’il ronge un os.

Au lieu d’aboyer… je veux qu’il se couche.

Au lieu de tirer en laisse… je veux qu’il ralentisse son rythme dès que la laisse commence à se tendre.

C’est donc là qu’on commence à faire des apprentissages !

Et ces apprentissages peuvent être faits en éducation positive. Je peux apprendre à mon chien que le meilleur moyen d’obtenir X ou Y (dire bonjour, aller sur une odeur, etc.) c’est de faire le comportement A ou B. Bingo ! Mon chien se sent gagnant, moi je me sens gagnant, mes chaussures aussi, et en plus je n’ai pas abîmé la relation avec mon chien.

Grâce à un tel procédé de « gagnant-gagnant », la relation entre mon chien et moi est renforcée au lieu d’être dégradée par des interactions négatives.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.



Notre mission ? Rendre l'éducation canine fun et accessible à tous. Une éducation positive, moderne, bienveillante et respectueuse pour toi et ton chien.


Abonne-toi à notre newsletter
En t'abonnant, tu auras accès à la vidéo offerte "Les 5 clés R.E.L.A.X. pour créer une relation complice avec ton chien".

@ copyright 2022 | Eduzen-Academy – Tous droits réservés – Mentions LégalesConditions générales de ventePolitique de confidentialité
Site réalisé avec ❤ par unyque.ch et Graphicatelier